Blog & Stories

Création d’entreprise : 5 conseils pour bien s’associer

Date de publication

26 février 2021

Vous avez envie de vous associer, mais vous hésitez encore ? Entre les questions juridiques et cette fameuse angoisse de trouver l’associé·e potentiel·le, les obstacles peuvent parfois paraître insurmontables. Pourtant (flash info) c’est possible ! Hugo, CEO d’Origame, Jean-Philippe et Caroline, deux des co-fondateurs·trices de Rubato, ont accepté de vous confier tous leurs conseils. 🤓

1️⃣ Trouver les associé·e·s complémentaires

“La phase 0, c’est de chercher des associé·e·s qui te complètent autant au niveau des compétences que du caractère”
Hugo, CEO d’Origame

  • Ne cherchez pas dans votre cercle privé des ami·e·s qui pourraient potentiellement convenir en tant qu’associé·e·s mais trouvez les bons partenaires professionnels. Il faut bien avoir en tête que quelqu’un qui vous complète dans votre vie privée ne le ferait pas forcément dans le domaine professionnel.
  • Trouvez des associé·e·s avec des expertises différentes pour élargir le cercle de compétences et ainsi construire un projet sur des bases solides sur tous les plans. Plus les univers sont différents, plus il y aura de sujets sur la table et d’idées. Le projet en sortira d’autant plus viable.
  • Cherchez dans votre écosystème local ou régional (à La Cantine par exemple 😉)

Un critère indispensable et évident, vos collaborateurs·trices doivent partager vos valeurs professionnelles et, a maxima, personnelles. Vous allez passer un temps considérable ensemble il faut donc pouvoir s’entendre sur le long terme.


2️⃣ Se rendre visible

Pour pouvoir trouver l’associé·e qui vous correspond, il faut :

  • Déclencher des rencontres (espace de coworking, événements, réseaux divers…)
  • Donner de la visibilité, en ligne ou hors ligne, à votre projet (concours, posts sur des groupes…)
  • Utiliser différents canaux de communication pour diffuser votre recherche d’associé·e (jobboard, meetups, Linkedin…)

3️⃣ Prendre son temps

Rien ne sert d’aller vite, la clé c’est de prendre son temps. Trouver la bonne ou le bon associé·e peut prendre des mois voire des années. Il est nécessaire d’organiser plusieurs temps d’entretien avec ses possibles collaborateurs·trices pour apprendre à bien les connaître. Hugo, CEO d’Origame a opté pour une démarche en 5 rendez-vous avec différents axes :

1 | Premier échange global

2 | L’entreprise en elle-même et le marché

3 | Les compétences

4 et 5 | Des temps plus personnels sur les valeurs et les envies (un apéro ça marche très bien 🍻)


4️⃣ Poser les bonnes questions

“Il est essentiel de commencer par faire un atelier d’idéation en se posant volontairement ensemble pour formuler ses envies et ses craintes, tout cela avec la plus grande honnêteté”
Caroline, co-fondatrice de Rubato

📋 Une petite liste (non exhaustive) des questions à se poser :

  • Crois-tu au projet et as-tu envie de t’y investir à 100% ?
  • Le fonctionnement de l’entreprise te convient-il ?
  • Est-ce que tu arrives à gérer l’équilibre vie professionnelle et personnelle ? Est-ce que tu es capable de porter un projet entrepreneurial ?
  • Est-ce que tu peux travailler avec chacun·e d’entre eux·elles de manière individuelle ? Mais surtout, est-ce que vous pouvez travailler tous ensemble?
  • Comment répartissez-vous les parts et surtout combien es-tu prêt·e à perdre ?
  • Qu’est-ce que vous insérez dans le pacte d’associé·e·s ?

5️⃣ Ne pas omettre d’aborder les sujets sensibles

  • L’essentiel est de poser sur la table, et ce dès le début, tous les sujets sensibles. Il vaut mieux y penser quand tout va bien qu’au moment où la situation se dégrade. L’important pour Jean-Philippe, co-fondateur de Rubato, c’est de savoir “jusqu’où chacun·e est prêt·e à aller”.
  • On ne va pas se le cacher, le sujet le plus sensible repose sur les parts de l’entreprise. Pourtant, l’aborder est essentiel, et ce, dans la plus grande honnêteté. Hugo explique, de plus, qu’il est essentiel qu’il y ai un·e majoritaire dans l’entreprise. Au moment où une décision vraiment importante ne trouve aucun compromis, il·elle pourra trancher afin de ne pas lancer la situation en statu quo. Il faut alors que chacun·e accepte cette répartition.
  • Il faut également accepter les craintes des autres. Caroline l’explique :

    « Nous sommes complémentaires, mais pas constitué·e·s de la même façon. C’est alors important de savoir ce qui stresse ou motive l’autre pour être prêt·e, au moment où ça ne va pas, à comprendre les réactions de chacun. On s’est dit des choses qui, aujourd’hui, au quotidien, nous aide à se comprendre les uns les autres ».


⭐️ Quels sont les avantages d’être associé·e ?

  • Ne pas se sentir seul·e
  • Avoir un poids de décision stratégique
  • Conjuguer différents écosystèmes et réseaux et ainsi des éléments qui vont aider à trouver des clients, des salariés, des stagiaires…
  • Avoir du poids aux yeux des investisseurs
  • Élargir le cercle des questions, et ainsi des réponses, des solutions et des idées
  • En termes de gestion d’entreprise (recherche de financement, RH, recrutement…), cela permet de répartir les tâches

 


💛 Merci à Jean-Philippe et Caroline de Rubato, une startup qui a pour volonté de permettre aux avocates et avocats de reprendre le rythme de leurs dossiers, donc de la maîtrise d’activité de leur cabinet.

💛 Merci à Hugo d’Origame, une application qui vous aide à reprendre le contrôle de votre budget en vous permettant de gérer vos abonnements sans prise de tête.

Ces articles peuvent vous intéresser

Posté le 8 juin 2021
Il a quelques temps, nous vous annoncions l’organisation du Hackathon NoCode pour l’impact porté...
Lire l’article
Posté le 16 avril 2021
Il a quelques temps, nous vous annoncions le grand retour du programme Maia Mater...
Lire l’article
Posté le 18 février 2021
Après une petite pause, Maia Mater est de retour avec un tout nouveau format...
Lire l’article